Nicolas BEUGLET

Complot

Il y a les thrillers distrayants, qu'on prend plaisir à lire, sans se prendre la tête. Il y a ceux qui vous prennent aux tripes, autant par le rythme que par leurs thématiques, et qui vous font sacrément réfléchir. Complot de Nicolas Beuglet fait clairement partie de la deuxième catégorie.

Voilà un roman qui utilise tous les codes du genre, une tension omniprésente, des surprises en cascade, de l'aventure, une dose (modérée) de violence. Bref, toutes les ficelles du métier, certaines parfois un peu grosses, mais sans que ça ne gâche l'énorme plaisir de lecture.

Complot est un voyage, qui commence dans le coin le plus reculé de la Norvège, pour nous emmener pied au plancher à travers le monde. le roman aurait pu s'appeler « Manipulation », dans une version à grande échelle à travers le temps et au niveau planétaire.

Très vite, l'auteur nous emporte dans cette intrigue étonnante, qui va peu à peu devenir proprement ahurissante, avec un démarrage genre meurtre impossible version moderne, la Première ministre de Norvège...le moins que l'on puisse dire c'est que l'accroche est du genre à vous ferrer. Et ce n'est pourtant rien par rapport à la suite…

500 pages qui se lisent, que dis-je se dévorent. Nicolas Beuglet est scénariste et ça se sent. Pas de fioritures, rien qui ne vienne casser le rythme effréné. Ça c'est la première approche.

La seconde est beaucoup plus ambitieuse. Audacieuse. Polémique, même. La place de la femme dans le monde et dans l'histoire y est au coeur. Il distille des faits  historiques et  des preuves scientifiques sur la place première de la femme supplantée par l'homme et la volonté de certaines femme à la tête desquelles se trouve justement la Première ministre assassinée de redonner cette place méritée aux femmes par un coup d'éclat.

L'aspect ludique n'est pas antinomique avec l'ambition. Et ce roman est ambitieux, vraiment. Les recherches poussées menées par l'écrivain rendent ce récit passionnant, sans que jamais ça ne lui fasse perdre la cadence. le travail réalisé est impressionnant autant qu'il portera au débat. La femme est-elle le passé et l'avenir de l'homme ? Certains le pensent (j'en suis), d'autres combattent cette idée.

Un bon thriller ne peut pas se passer de personnages forts. L'inspectrice Sarah Geringën en fait indubitablement partie. Une vraie machine ! Mais qui sait ressentir des émotions, sa force autant que sa faiblesse. Elle est formidable. Et pas très grave si vous n'avez pas lu le précédent roman de l'auteur, le Cri ; même si ce sont des personnages récurrents vous ne serez pas perdus.

Complot est un divertissement, mais pas que. C'est un thriller très prenant, constamment surprenant, mais aussi (surtout ?) une incroyable plongée dans une manipulation de masse qui vient du fond des âges. C'est bien cette thématique autour du rôle des femmes qui rend ce roman aussi ludique qu'essentiel, du genre qu'on n'oublie pas.

 

Nicolas Beuglet - Le complot - 500 p. - XOeditions- mai 2018 -  19,90 euros (existe en poche)

 

Le cri

Attention thriller addictif...De la Norvège à la France puis l'ile d'Ascension et les Etats Unis l'auteur nous entraîne à 100 à l'heure de découvertes en découvertes, de  l'enfer d'un hôpital psychiatrique à un laboratoire ultra secret au fin fond d'une mine près de Minneapolis.  On suit Sarah, une enquétrice norvégienne tenace au visage et à l'âme meurtris et Christopher journaliste d'investigation français dont la famille et notamment son neveu Simon sont menaçés par un tueur impitoyable qui veut connaitre les secrets que cache le père de Christopher.
Que signifie le chiffre 488 sur le front d'un des patients d'un hôpital psychiatrique ainsi que les dessins et les chiffres sur le mur de sa cellule et son cri d'effroi au moment de sa mort ?

Quelles terribles recherches ont été menées après 1945 par la CIA pour démontrer la survie de l'âme après la mort ?
Que recherche un milliardaire américain ultra croyant dans son laboratoire clandestin ?


Sarah aidée de Christopher va s'efforcer de résoudre ces énigmes au prix de confrontations dangereuses avec des tueurs et dans une course à la montre infernale pour essayer de sauver Simon de la mort en répondant à cette  terrible question jusqu'où certains hommes sont-ils prêts à aller, en utilisant le pouvoir que leur donne leur fortune, pour utiliser comme arme terrifiante des découvertes sur l'immortalité de l'âme.

.

 

Nicolas Beuglet - Le cri  - 496 p. - XOeditions- septembre 2016- 19,90 euros (existe en poche)