9 livres de Michel Bussi

Si vous le pouvez, commencez par "Nymphéas noirs". Ce  roman vous donnera une bonne approche de l'univers particulier et fascinant de Michel Bussi et vous incitera sans doute à lire les autres romans. C'est un nouveau maître de l'intrigue, au style concis et imagé avec en prime beaucoup d'humour.

Sang famille

Comme il l'indique dans la préface, ce livre est un des premiers écrits par Michel Bussi, édité à peu d'exemplaires et épuisé, l'auteur a donc décidé de le re-publier 10 ans après  avec quelques changements.

Histoire initiatique de Colin qui va avoir 16 ans, confronté à un monde d'adultes où l'on ne doit faire confiance à personne et qui se trouve en camp de vacances sur l'ile imaginaire de Mornesey où il a passé son enfance. Cette ile a une funeste réputation, c'était l'ile d'où partaient les bagnards pour Cayenne, d'où son nom d'ile aux brigands, elle a d'ailleurs gardé un centre pénitentiaire appelé Mazarin car la légende dit que Mazarin avait caché un trésor inépuisable dans les ruines d'une abbaye. Cette abbaye Saint Antoine est au coeur de l'histoire car elle était fouillée par des archéologues dont le père de Simon et sa mère avant leur tragique disparition, laissant Simon orphelin. Or coup de théâtre, Colin reconnait son père au volant d'un utilitaire, comment est-ce possible puisqu'il est mort ?  Aidé par ses camarades Armand et Madiha qui lui servent de couverture lorsqu'il s'échappe du camp, Colin part à la recherche de ce père réapparu et donc de son histoire et de son identité, cette enquête se révèle parallèle à celle du sympathique Simon Casanova, agent de sécurité de l'ile, qu'il parcourt sur son vélo à la recherche d'évadés...

Meurtre, manipulations, fausses identités, captation possible d'héritage, poursuite dans les souterrains de l'abbaye tout est agencé par Bussi pour concocter une histoire surprenante prenant en alternance le point de vue de Colin et ses interrogations et celui de l'adulte Simon  qui court après la vérité qu'il soupçonne liée aux convoitises que suscite et ont suscité le trésor de Mazarin. Comme d'habitude chez Michel Bussi, le final de ce jeu de pistes à rebondissements est prenant et surprenant...même si, plus que dans les autres romans on a depuis longtemps pratiquement deviné...Les personnages sont attachants et notamment les personnages secondaires comme les amis de Colin, Armand, l'ingénieux et surtout la jolie Madiha ou Mahdi des adolescents prêt à croire l'incroyable et à se jouer des adultes par amitié,  de même Clara la secrétaire de mairie, bimbo sur le retour  qui aide au delà du raisonnable Simon et qui apporte la touche d'humour ou le bon vivant Delpech, le journaliste mémoire de l'ile.

Certes ce n'est pas le meilleur Bussi, c'est un Bussi qui a déjà tous les ingrédients des futurs best sellers et qui reste malgé tout très plaisant à lire.

 

On la trouvait plutôt jolie

La couverture de l'ouvrage nous en dit déjà beaucoup sur ce nouveau Bussi excellent, la mer bien sûr c'est la méditerranée  car l'action se passe sur ses deux rives tant au Maroc qu'à Port de Bouc, le chemin brillant qu'y dessine la lune, c'est ce chemin d'espoir et de tous les dangers pour les migrants qui veulent la traverser, et la chouette c'est un symbole de malheur, de mort, de sortilèges et de vengeances mais aussi d'une certaine sagesse...elle résume aussi le parcours de Leyli Maal, l'héroïne, passée par une période très sombre au propre comme au figuré.

Faux thriller puisque l'on connaît le meurtrier dès les premières pages, Bussi nous conte plutôt une histoire de vengeances imbriquées dont il nous distille très progressivement les tenants et aboutissants  sur les traces d'un duo de policiers, Judo et Petar aux caractères opposés. C'est aussi une fable sociale très actuelle  sur l'exploitation des migrants, sur les difficultés d'intégration en France au travers du parcours de la toujours attirante Leyli une peule originaire de Ségou et de  ses trois enfants : Bamby, Alpha et Tidiane...On suit ses périgrinations pour trouver emploi et  logement, ses peurs face aux menaces de Jourdain Blanc-Martin le patron de la société Vogelzug, censée venir en aide aux migrants. On suit avec un intérêt croissant son parcours et celui de ses enfants, Bamby, la séductrice jolie jeune femme, Alpha le colosse et Tidiane qui se rêve en grand footballeur...jusqu'aux révélations finales. Une fois de plus Bussi nous a tendu des pièges et on est tombé dedans...

Cet ouvrage par rapport aux précédents gagne encore en profondeur  notamment cette description cruelle de l'exploitation de l'homme et surtout de la femme par l'homme, mais les femmes de Bussi ont une certaine forme de résilience qui les rend fortes face à l'adversité.

Un livre à lire d'urgence...

Merci Coralie pour ce beau cadeau

 

Michel Bussi - On la trouvait plutôt jolie - Presses de la cité - octobre 2017 - 464p. - 21,90€

 

Le temps est assassin

La Corse est magnifique mais sous la plume de Michel Bussi sa beauté éclate aussi violemment qu’une Fuego rouge qui se précipite dans un ravin, bilan 3 morts et une rescapée, Clotilde, qui revient 27 ans plus tard sur les lieux du drame pour essayer de comprendre ce qui s’est réellement passé.

Clotilde 15 ans en 1989 et Clotilde 42 ans en 2016, le temps a passé, mais la Corse reste éternelle avec les lourds secrets de famille enfouis dans des chambres noires et le patriarche Cassanu Idrissi    plus vrai que nature protégeant sa terre de la pointe de la Revelatta et sa famille.  La tragédie de 1989 peut-elle se répéter ?

Au travers du journal  que l’adolescente qui n’aime pas son corps et qui rêve déjà du grand amour tient pendant  ses vacances au camping des Euproctes nous découvrons tous les protagonistes du drame avec les garçons et les filles qui tournent autour de son frère Nicolas, les difficultés du couple de son père Franck, l’enfant du pays et l’héritier Idrissi et de sa mère, Palma l’étrangère mal tolérée. Le récit mêle habilement les informations du journal et la quête de la vérité que mène Clotilde secouée par une terrible révélation, sa mère lui a écrit, est-il possible qu’elle soit vivante ?

À nouveau, Bussi nous entraine sur des pistes vertigineuses. À chaque théorie ou soupçon que nous formons mentalement débarquent des arguments ou des rebondissements qui viennent tout démolir. Impossible de dénouer les pièges, enjeux, réalités, Bussi  nous perd, dans la langueur de l'été,  dans les paysages sublimes, dans les étreintes des jeunes échauffés par le soleil et celles passionnées des adultes, amants adultères. Même si le rythme n'est pas vraiment palpitant, sauf dans les dernières pages  l'enquête, menée par Clotilde devenue avocate est, à elle seule captivante,  si sa mère est encore vivante, il  ne s'agirait donc pas d'un accident… D'autre part, s'y ajoute le mystère de celui qui lit le journal  que Clotilde pense disparu et qui  prépare un moment clé, sans rien nous révéler.

 

Allez prenez le ferry avec Clotilde pour quelques jours au camping de la Revellata vous ne le regretterez absolument pas, un des meilleurs Bussi.

 

Michel Bussi - Le temps est assassin - Presses de la cité - 532 pages - mai 2016 - 21,90 euros

 

Maman à tort

Le Bussi cru 2015, Maman à tort,  est une vraie réussite. C'est une étonnante plongée dans la mémoire et pas n'importe laquelle, celle d'un enfant de 3 ans, Malone. Comment un si jeune enfant peut-il affirmer à un psychologue scolaire que sa mère n'est pas sa mère ? Quels souvenirs retient donc sa mémoire alors qu'à cet âge on oublie vite ce qui n'est pas renforcé....le psychologue intrigué va enquêter. Bussi joue aussi avec notre intelligence et nos nerfs, tout en proposant une bonne dose d'humour comme à son habitude.  Il nous balade dans la région du Havre à la recherche d'une bande qui vient de réaliser un casse fructueux mais sanglant et menée par un tueur au sang froid...L'enquête policière se mèle à l'enquête du psychologue... et si la mémoire de cet enfant de 3 ans était comme les cailloux du Petit Poucet, semée d'indices épars pour déméler les enquêtes ?..."J'ai plusieurs mamans. C'est un peu compliqué pour moi....Peut-être que tout est arrivé à cause de moi ? Parce que je ne me rapelle pas laquelle est la vraie. " L'histoire est vraiment étonnante et on apprend beaucoup sur le fonctionnement de la mémoire chez les enfants  avec parfois des pages un peu "doctorales" mais l'intrigue nous remet vite dans un état de tension impatiente ponctuée par les moments magiques des superbes contes avec lesquels Malone, inséparable de son doudou "Gouti" s'endort et qu'il faut aussi lire avec attention. C'est un livre dense, foisonnant, complexe qui reste en "mémoire"  et  on ne regrette pas d'être tombé dans la potion magique de  Bussi.

                                                 Michel Bussi - Maman à tort- Presses de la cité -509 pages - mars 2015 - 21,50€

 

 

Nymphéas noirs

 Ce n'est pas qu'une "impression",  dans le village de Monet, Giverny, un meutre a été commis...Art et crime ne font pas bon ménage, surtout que dans 13 jours un autre est annoncé...et le commissaire chargé de l'enquête est beaucoup "plus près" de Stéphanie, l'institutrice du village, que de la vérité. Celle-ci nous est peu à peu dévoilée par la vieille femme, "la sorcière", qui habite la tour du moulin et qui observe et nous dépeint les habitants, les touristes, les peintres (américains !!!)  et surtout les enfants de Giverny dont la jeune Fanette.

"Trois femmes vivaient dans un village. La troisième était la plus douée, la deuxième était la plus rusée, la première était la plus déterminée. A votre avis, laquelle parvint à s'échapper ? La troisième, la plus jeune s'appelait Fanette Morelle ; la deuxième s'appelait Stéphanie Dupain ; la première, la plus vieille, c'était moi."

Voilà, avec cette citation de l'introduction vous avez toutes les cartes en main et pourtant Michel Bussi, va vous balader, comme moi, sur 500 pages vers une fin ou derrière les nymphéas noirs se cachent en fait des nymphéas aux couleurs éclatantes...On est ravi d'être bien tombé dans le panneau !!!

 

Michel Bussi - Nymphéas noirs - Pocket N°14971 - 493p - juin 2014 - 7,70 euros

Un avion sans elle

 

Un accident d'avion, un seul survivant, un bébé, une petite fille. Deux familles se disputent l'enfant.

Au bout de 18 ans l'enquête menée par le détective Crédule Grand-Duc à l'initiative de la famille qui n'a pas obtenue la garde de l'enfant, est toujours non résolue (en fait le "Crédule" c'est nous lecteur qui allons de page en page nous passionner pour cette enquête et à la  fin de chaque chapitre pensé avoir définitivement résolu l'affaire... jusqu'au chapitre suivant).

La jeune Lylie (Lylie-Rose ou Emilie) est majeure et reçoit pour son anniversaire le journal des recherches de Crédule qu'elle va donner à Marc (son frère ?) et c'est avec lui que l'on refait tout le cheminement et que l'on part à la recherche de la vérité notamment auprès des "deux grands-mères" , vérité qu'on ne trouvera que par un retour sur le Mont Terrible où s'écrasa l'avion...

 

 

Michel Bussi - Un avion sans elle - Pocket N°15367 -573p - mai 2013 - 7,70 euros 

N'oublier jamais

Une jolie fille morte au pied d'une falaise, une écharpe rouge autour du cou et voila le lecteur entraîné dans une course éperdue en quête de la vérité dans le décor somptueux des falaises d'Yport .

Mais quelle vérité  ?

Celle de Jamal, le coureur unijambiste qui s'entraîne pour participer à l'Ultra-trail du Mont Blanc et qui a gagné un séjour à Yport ? Celle de la police qui découvre tous les éléments de sa culpabilité dans ce meurtre, voire même pour d'autres étrangement similaires?

Celle de Mona,  l'énigmatique ramasseuse de galets chargés de silicium qui semble mener le jeu des fausses pistes ..."pour remuer le passé. Faire remonter la vérité à la surface ?" et je ne vous parle pas d'Océane...

Tout l'art de Michel Bussi est de nous faire croire à l'incroyable qui justement parce qu'il n'est pas croyable est une fausse piste. De plus l'humour fuse à chaque page...un vrai régal. 


     Michel Bussi - N'oublier jamais - Editions de Noyelle - 502 pages - 22 euros- Mai 2014 

Ne lâche pas ma main

Pour tous ceux qui aiment l'ile de la Réunion mais aussi pour les autres, le récit d'une cavale haletante d'un père et de sa fille à travers l'ile.

Comme souvent chez Bussi,  ce sont des évènements du passé qui conditionnent le présent, mais on reste longtemps en plein brouillard, exactement comme sur le piton de la Fournaise, un épisode tout à fait surprenant.

Une chambre d'hôtel vide, Liane la femme de Martial a disparu mystérieusement, l'enquête commence mollement, à la réunionaise, puis s'accélère sous l'impulsion de la capitaine Aja et de son adjoint, le sous-ieutenant Christos, avec les soupçons sur le mari qui lui aussi disparaît avec Sofa sa fille de 6 ans. Une  série d'assassinats, un mystérieux rendez-vous  et Martial, Liane et Sofa vont se retrouver face à leur destin, la vengeance surgie du passé pour les exterminer.

C'est mené de main de maître, une écriture rythmée par les expressions et la couleur locale , une lecture attachante et passionnante, on ne "le lâche" pas une fois commencé !!!


  Michel Bussi - Ne lâche pas ma main - Pocket 15758 - mai 2014 - 7,30€

Gravé dans le sable

Il s'agit d'un des premiers romans écrit par Michel Bussi en 1994 et publié sous le titre Omaha Crimes en 2007 et réédité en 2014 avec changement de titre du fait du succès rencontré par ses autre livres. (Pas fou l'éditeur..)

Tous les ingrédients d'un bon roman de Michel Bussi sont déjà présents à commencer par une intrigue peu banale. 

Dans une péniche,  lors du débarquement à la pointe Guillaume (Omaha beach) le  6 juin 1944, les GI tirent au sort pour connaître l'ordre de débarquement sachant que ceux qui débarquent en premier doivent faire sauter un mur et n'ont pratiquement aucune chance de s'en sortir, Oscar Arlington fils d'une sénatrice américaine tire le numéro 4 synonyme de mort certaine, trouillard et ne voulant pas mourir,  il propose à Lucky, qui lui a tiré le 148, de lui racheter son numéro au prix de 1,44 million de dollars, Lucky accepte, la mort comme défi à sa chance proverbiale, mais fait signer un contrat qui stipule qu'au cas où il ne suvivrait pas à l'assaut, la somme sera versée à sa fiancée Alice. Evidemment  Lucky décède...et Alice 20 ans plus tard n'a toujours pas touché l'argent...Bussi déjà expert en fausses pistes nous entraîne donc à la poursuite de cet argent à la fois en Normandie et en Amérique, un parcours jalonné de meurtres et de rencontres avec des personnages attachants dont Lison, la normande qui vit dans le pittoresque petit village de Château-le- Diable près de la pointe Guillaume,                                                                           Alan le GI déserteur,  Alice, l'américaine mais aussi Nick, Emilia et Ted le coiffeur aux talents particuliers...La fin est                                                   surprenante, tout finit dans un mur somme toute comme tout a commencé.... Pour un premier roman, un très                                                           bon cru même   s'il ya quelques longueurs... 

 

                                                         Michel Bussi - Gravé dans le sable - Presses de la Cité - Octobre 2014 - 473 pages- 21,50 €