Joël Dicker

La disparition de Stéphanie Mailer

Peut-être qu'on attend trop d'un auteur qui vous a séduit aussi "La disparition de Stéphanie Mailer" ne m'a pas paru à la hauteur des espérances que suscitent un nouvel opus ou même des 100 premières pages qui dressent le contexte de cette disparition en relation avec un quadruple meurtre survenu 20 ans plus tôt. Dès que surgit "La nuit noire" cette pièce de théâtre censée révéler le meurtrier, le livre va devenir pesant, peu intéressant, il faut même se forcer pour continuer jusqu'aux 100 dernières pages où à nouveau on va retrouver l'envie de connaître le dénouement.

L'argument est simple, Stéphanie Mailer jeune et talentueuse journaliste est recrutée en 2014 pour enquêter sur un quadruple meurtre commis en 1994 à Orphea visant le maire, sa femme et son fils  ainsi qu'une joggeuse au cours du premier festival de théâtre de la ville. La police alors identifie un coupable, Ted Tennenbaum, qui meurt à la suite d'une course poursuite avec les policiers. Or pour Stéphanie,  Ted n'était pas coupable. Sa disparition incite donc les policiers de l'époque Jesse Rosenberg et Dereck Scott a reprendre l'enquête.. qui en effet va leur réveler qu'à Orphea il se passait des évènements peu reluisants dont ils n'avaient pas eu connaissance en 1994.  Or une grande partie des protagonistes de l'époque se retrouve pour jouer dans "La nuit noire" au 20ème festival de théâtre d'Orphea et les meurtres s'accumulent laissant penser qu'effectivement Ted Tennenbaum ne pouvait être le meurtrier et que ce dernier de peur d'être découvert élimine ceux qui peuvent détenir une part de la vérité. 
Qu'a voulu Joël Dicker ? Si c'est un thriller, on trouve 10 fois plus passionnant et plus prenant sur ce même sujet d'évènements liés survenus à plusieurs années d'intervalle. 
Si c'est une parodie de thriller, mettant en scène des auteurs, des journalistes et des critiques qui sont davantage soucieux de leur renommée que de la qualité de leurs écrits c'est assez médiocre par rapport à Harry Quebert écrivant son "Best seller".

Le Livre des Baltimore

Dans Le Livre des Baltimore, Joël Dicker reprend le héros de Harry Quebert, le romancier Marcus Goldman, de nouveau en panne d'inspiration. Cette fois, c'est sa famille qui va la lui fournir. Plus exactement, ses cousins dits « les Goldman-de-Baltimore », branche riche de sa parentèle avec Oncle Saul et tante Anita opposée à celle, bien moins prospère, dont lui, Marcus, est issu, à savoir « les Goldman-de-Montclair ». « Les Baltimore étaient des servis, nous étions des servants », résume Marcus.
Lui, Marcus,  fit partie, lorsqu'ils étaient adolescents du "gang des Goldmann", avec son cousin Hillel, le surdoué, mais aussi , Woody, l'enfant abandonné, intégré à la famille des Baltimore grace à Hillel  et devenu un excellent footballer américain au destin professionnel tout traçé et également  Alexandra Neville, celle qui est aimée des trois et qui au mépris du pacte du gang qui interdisait de la courtiser va choisir Marcus et l'aimer en secret.
Mais survient "le Drame", que Dicker d'ailleurs écrit avec un grand D et Marcus nous entraîne à sa suite à essayer de comprendre comment s'enclenche la chûte des Goldmann de Baltimore.
Que s'est-il donc passé ? Telle est la question...
Le romancier ne joue pourtant pas ici la carte du thriller aussi ouvertement que dans son précédent roman mais  reste un habile écrivain, sachant ménager ses effets, soutenir l'intérêt et s'appuyant sur quelques solides clichés (les riches ne sont pas si gentils, l'enfance est pleine d'illusions et la jalousie est un vilain                                                                         défaut...)...C'est quand même assez lent même si la saga familiale révèle son lot de surprises qui tient en                                                                       haleine et  qu'on se laisse prendre au jeu des rapports entre les membres du "gang des Goldmann".

                                                                "...je ferme les yeux et je les sens vivre en moi. Mon oncle Saul, de mémoire bénie, Tout est effacé - Ma                                                                          tante Anita, de mémoire bénie, Tout est oublié - Mon cousin Hillel, de mémoire bénie, Tout est pardonné -                                                                  Mon cousin Woody, de mémoire bénie, Tout est réparé.

                                                                 Ils sont partis mais je sais qu'ils sont là...peut-être simplement dans ma mémoire. peu importe. je sais                                                                        qu'ils m'attendent quelque part."

 

 

                                                                Joël Dicker - le Livre des Baltimore - Roman - Editions de Fallois -478p - août 2015 -22€

 

 

La vérité sur l'affaire Harry Quebert


 Si vous aimez, comme moi, vous laisser embarquer dans une histoire où l'auteur, d'une écriture simple et nerveuse, vous égare dans un labyrinthe de vraies et de fausses pistes et vous réserve des surprises à chaque page, alors il faut lire ce livre...

- Enquête policière ? Oui.

- Roman plein d'humour sur le métier d'écrivain et l'origine du talent ? Oui.

- Critique d'une société qui adule un jour avant de condamner le lendemain ? Oui.

- Exploration des bas instincts humains ? Oui.

Le livre c'est tout cela et même beaucoup plus.

 

A la recherche de la vérité sur la disparition de la "gentille" Nola (15 ans) et pour innocenter son "mentor" Harry Quebert, un écrivain, Marcus, condamné à écrire un "best seller", nous propose une virtuose composition en abîme, où l'enquête qu'il mène est l'objet même du livre qu'il écrit.


Editions de Fallois - 2012 - 660p -20 euros

Les derniers jours de nos pères

Ce roman à trame historique nous plonge dans l'histoire de membres français du SOE ou  « Direction des opérations spéciales »,  un service secret britannique peu connu qui opéra pendant la Seconde guerre mondiale.  Créé en juillet 1940 par Winston Churchill et dissous en juin 1946, il formait  des jeunes gens, hommes et femmes, venus des pays occupés par les allemands et avec pour mission d'y retourner  afin de soutenir et d'organiser  les divers mouvements de résistance dans leurs propres pays où ils pouvaient se fondre plus facilement dans la population.

Joël Dicker nous fait suivre la formation de ce groupe d'agents secrets au sein de divers camps d'entraînement, mais plus que décrire la difficulté de ce parcours il s'attache à l'humain et nous fait vivre la transformation de ces jeunes en "Hommes" et la constitution d'un groupe soudé prêt à affronter la mort.

De ce groupe, émerge Pal, le parisien qui vit très mal d'avoir quitté son père sans explications et qui va compromettre ses misions en lui écrivant des cartes postales. ce rapport père-fils forme le fil rouge du roman...On découvre aussi Laura, la femme du groupe aimée de tous mais qui choisit Pal, Gros l'homme fort mais maladroit avec les femmes,  Claude l'ex-séminariste et  Faron le mystérieux...Leurs missions en France vont les confronter aux occupants incarnés par un lieutenant de l'Abwehr, Werner Kunszler, qui va se révéler un homme très ambigu.

Il est difficile de porter une appréciation sur ce premier roman de Joël Dicker après avoit lu d'abord  "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" mais ce livre est intéressant, attachant et on sent bien qu'on a un écrivain dont le talent ne demande qu'à s'épanouir, un talent qui sait déjà détourner les codes, celui du héros, celui du méchant, celui de l'homme de Dieu, pour nous mettre face à l'ambivalence de la nature humaine.

 

Editions de Fallois-Poche - 450 p. février 2015 - 8,20 euros

.