Pierre LEMAITRE

Au revoir là-haut

J'avais déjà été frappé par le film tiré de cet ouvrage de Pierre Lemaitre et vu en 2017 mais c'est un très grand plaisir de mettre des mots sur les images qui ont persisté, surtout que Pierre Lemaitre est un grand narrateur et sa scène du début de l'enfouissement d'Albert Maillard dans un trou d'obus lors de la fameuse attaque de la côte 113 pendant la grande guerre est aussi prenante que les images du film.

Au revoir là-haut est le premier tome d'une trilogie romanesque Les Enfants du désastre poursuivie en 2018 avec Couleurs de l'incendie. L'aventure s'achève avec la parution chez Albin Michel de Miroirs de nos peines, je vais essayer de les lire.
Pour le commentaire je m'inspire de celui fait sur le film : Au revoir là-haut, est une brillante dénonciation en règle des profiteurs de la guerre 14-18.  Tout d'abord le capitaine Henri d'Aulnay-Pradelle qui après avoir lancé une folle attaque (truquée) à partir des tranchées (dont d'ailleurs la description est saisissante de même que les scènes d'attaque et d'ensevelissement sous les bombes), sera reconnu comme un héros par le gouvernement entraînant un beau mariage avec la sœur Madeleine d'un de ses soldats disparu Edouard Pericourt et fera fortune en montant une arnaque aux cercueils des morts de la guerre. Parallèlement un duo de soldats rescapés de son régiment, qui au départ cherche à se venger du capitaine Pradelle est formé du  petit comptable Albert Maillard qui survit comme homme sandwich et l'autre dont la mâchoire a été emportée et qui cache son identité sous une multitude de masques qui expriment ses émotions, le disparu Edouard qui a changé d'identité pour ne pas être retrouvé par sa riche famille. Ce duo pour survivre va lui aussi monter une arnaque aux monuments aux morts vendus sur dessins et jamais construits...de belles arnaques qui doivent se dénouer au 14 juillet 1920 et il la fin du roman est pleine de surprises.


Pierre Lemaitre - Au revoir là-haut - Albin Michel - 570p - 2013 - 22,50€ existe en Livre de poche. Prix Goncourt 2013

 

 

 

 

Retour  Rubrique "Livres lus"