Guillaume MUSSO

Un appartement à Paris

Comment réussir en quelques mots à traduire l'ensemble des émotions que suscite ce livre addictif surtout dans le dernier tiers qui s'avale presque sans respirer....

Quand le hasard, qui fait bien les choses, réunit à Paris dans la maison du peintre Sean Lorenz mort depuis un an, deux êtres aussi opposés que Madeline et Gaspard, une ex-flic et un auteur en mal d'inspiration, il nait tout de suite une tension qui, et c'est un des grands talents de Musso, va irriguer tout le roman jusqu'à passer dans nos veines. Une alliance improbable les lance dans la quête des 3 derniers tableaux de Sean Lorenz,  mais ce n'est qu'un prélude,  une tout autre chasse va s'enclencher une chasse à l'homme et à l'enfant ou plus exactement au tueur en série d'enfants  appelé "le roi des Aulnes". Cette chasse qui va se  dérouler sur 4 jours, du 22 au 26 décembre tant à Paris qu'à New York, met à jour leurs propres failles, le rejet de la paternité par Gaspard du fait de sa relation à son père, le désir de maternité de Madeline parce qu'elle n'a pas eu d'enfant avec l'homme qu'elle a quitté, désir d'ailleurs exacerbé  par la beauté des photos de Julian, le jeune fils de Sean Lorenz.  Au cours de l'enquête l'esprit rationnel de l'ex-femme flic Madeline s'oppose aux élucubrations de l'écrivain Gaspard, tous eux découvrant au fur et à mesure d'autres personnages que les traumatismes de l'enfance ou de la jeunesse ont eux entrainé dans des voies violentes.

La trame mèle les récits des vies de Madeline et Gaspard  et leurs  recherches parallèles, entrecoupés de propos de  Sean Lorenz, ce peintre de rue de New York qui va connaître une soudaine notoriété internationale, (Musso en profite d'ailleurs pour introduire des considérations intéressantes, mais parfois un peu pédantes et teintées d'ironie sur l'art contemporain) ou de sa femme Pénélope, anéantie par le malheur et défigurée par la chirurgie esthétique.  C'est une construction habile où chaque court chapitre entraîne dans une direction imprévue ou dévoile un  personnage surprenant et ce jusqu'à la fin... étonnante. Le style est enlevé, quelques réserves toutefois liées à certains passages un peu trop faciles ou un peu trop clichés notamment dans des desciptions de Paris ou New York.

C'est sans doute un ouvrage plus profondément humain que les précédents avec notamment cette constante interrogation sur le rôle du père ou de la mère et le désir de fonder une famille.

 

Ce n'est sans doute pas le meilleur Musso mais il s'en rapproche....

 

Un appartement à Paris -Guillaume Musso - XO éditions - mars 2017 - 473p - 21,90 euros

La fille de Brooklyn

Attention, voilà un ouvrage difficile à lâcher dès la lecture des  premières lignes...Un très bon Musso.

 

Michaël, un écrivain à succès, père d'un garçon de deux ans veut tout savoir du passé de sa fiancée Anna, 25 ans,  interne en médecine qu'il connaît depuis peu et sans le savoir ouvre la boîte de Pandore puisque après lui avoir demandé « Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? »  et lui avoir montré une photo, Anna disparaît...

On suit alors Michaël dans sa quête pour retrouver Anna, il est d'ailleurs aidé par un ami policier, Marc Caradec qui sert aussi de nounou à son fils, les deux hommes vont mener l'enquête l'un aux Etats Unis, notamment à Brooklyn, l'autre en France, en Lorraine et en Alsace.   Les courses poursuites, les nombreuses fausse pistes, les informations distillées sur le passé trouble d'Anna créent un étonnant cocktail d'angoisse et de suspens, le tout dans l'ambiance des primaires de l'élection américaine (on est en 2016) et des affrontements des candidats mais aussi des révélations sur les femmes séquestrées par des psychopathes...

Guillaume Musso fait vivre trois personnages d'exception, Raphaël, l'écrivain qui se lance dans l'enquête comme dans l'écriture d'un roman, il extrapole, il imagine, Marc Caradec le flic ambigu brut de décoffrage mu par un désir de vengeance et Anna, la jeune femme trouble qu'on ne sait classer, est-elle vraiment une victime ? Mais Musso a su également imbriquer les destins de plusieurs autres personnages rendant l'intrigue multiple et riche, poussant à s'interroger sur ce qu'est la parentalité, l'amour, le destin, le désespoir de la perte d'un enfant...Par ailleurs les différents lieux où se déroule l'action comme Brooklyn ou même Antibes sont particulièrement bien décrits.

 

Un thriller comme on les aime, aussi prenant que Central Park, toutefois dans un registre différent, à lire d'urgence....

 

La fille de Brooklyn - Guillaume Musso- XO éditions - mars 2016 - 473 pages - 21,90 euros

 

L'instant présent

Le cru 2015 de Guillaume Musso est bon mais bien loin de l'exceptionnel "Central Park"...

Un jeune médecin urgentiste pousse une porte métallique dans la cave du "Phare des 24 vents" proche  de Boston. Il vient d'en hériter. Subitement il disparaît en juin 1991...condamné par la malédiction du phare à ne réaparaître qu'un seul jour par an.
Le phénomène va se répéter 24 fois où chaque fois  Arthur Costello, le héros, se retrouve dans des situations le plus souvent cocasses ou dramatiques...on a donc une succession de 24 chapitres assez répétitifs...qui certes permettent, comme le dit Musso dans un interview :"d'assister à une traversée accélérée des dernières décennies. Cela me permet de suivre l’évolution de la relation d’un couple sur près d’un quart de siècle. Les destins d’Arthur et de Lisa vont s’entremêler. Pendant plus de deux décennies, ils vont s’aimer, se déchirer et lutter pour déjouer les pièges que leur impose le temps...L’un des enjeux du roman était ainsi de construire un parallèle entre les bouleversements sociaux, politiques ou technologiques et les bouleversements intimes d’une vie singulière.

Aux détours de références historiques et culturelles, j’ai aussi essayé d’esquisser le portrait d’une certaine génération pressée, prise dans un entre-deux siècles durant lequel le monde s’est transformé."
C'est vrai qu'on sourit de l'initiation progressive d'Artur à l'informatique et Internet qui rappelle à chacun ses propres difficultés...que le personnage du grand-père d'Arhur, Sullivan, est particuluièrement attachant.  Toutefois,  on attend vraiment la fin...celle qui en quelques pages viendra donner les explications.
On est surpris certes, on applaudit intérieurement à la belle pirouette du romancier, à la brillante démonstration du pouvoir sélectif de notre mémoire...mais il manque l'étincelle d'excitation qui permet d'adhérer pleinement.

L'instant présent - Guillaume Musso - XO Editions - mars 2015 - 372 pages - 21.90 euros

Central Park

Que voilà un très bon Guillaume Musso, une intrigue qui vous tient en haleine de la première à la dernière ligne....attention à ne pas commencer la lecture tard le soir car vous risquez de passer une nuit blanche.

Partons de la couverture du livre, une femme de dos sur un banc domine New York, le lieu de l'action, un pistolet à côté d'elle, c'est suffisant pour penser que c'est l'héroïne, Alice, une femme flic ...mais le diabolique Musso nous décrit une situation surprenante, Alice est en effet une femme flic mais parisienne qui se retrouve sur un banc à Central Park menottée à Gabriel à 8 heures du matin, or Alice faisait la veille la fête avec des copines  sur les Champs Elysées à Paris et Gabriel jouait du piano dans un club de jazz à Dublin...

Ca y est, votre curiosité est aiguisée, comment est-ce possible ? Même avec le décalage horaire, comment une telle situation a pu se produire. Alice et Gabriel de plus, ne se connaissent pas et leur destin est fermement lié...par les menottes. Qui est l'artisan machiavélique de cette mise en scène  et pourquoi ?  
On suit pas à pas ou plutôt de rebondissement en rebondissement le duo Alice-Gabriel tentant de dénouer l'écheveau de leur passé pour trouver une solution alors que plane constamment une menace sur leur vie, pourquoi du sang sur le chemisier d'Alice, pourquoi manque t'il une balle dans le revolver qui d'ailleurs n'est pas le sien, y-a-t'il un rapport avec le tueur en série qu'elle a pourchassé et qui l'a poignardée deux ans auparavant occasionnant la mort de son bébé...Plus on avance dans la lecture et plus le doute s'installe, des indices ont forcément dû échapper à une lecture vigilante... et bien non ! Le final est époustouflant et en quelques lignes tout se met en place...on est bluffé...à savourer...

 

 

Central Park - Guillaume Musso - XO Editions - mars 2014 - 392 p - existe en poche chez Pocket N° 16290 à 7,99 euros